Comment faire pour nous comprendre ?

Mn_18a

Ce qui est frappant, dans ce que nous pouvons observer en ce moment, c’est la difficulté, que nous semblons tous avoir, à nous faire comprendre et, sans doute, à nous comprendre.

Ces êtres, qui semblaient en communion autour de la phrase qu’ils arboraient, combien d’interprétations différentes en avaient-ils ? Mis à part les lecteurs fidèles – peu nombreux, on le sait – il y a fort à parier que ceux qui marchaient ne revendiquaient pas le fait d’être des clones de « Charlie hebdo ». Lorsque j’ai affiché le slogan, mon interprétation était : « Si l’on veut supprimer ceux qui tiennent à la liberté d’expression, eh bien il faudra me supprimer moi aussi. » L’interprétation la plus répandue pourrait être : « On ne massacre pas les gens. Je ne veux pas que l’on assassine. »

Et puis, il y a tous ceux que l’on n’a pas entendus tout de suite.

D’abord des êtres, de toutes croyances, pour lesquels « on ne rigole pas » avec ce qui est, pour eux, sacré. Que leur répondre ? Que les règles d’une religion sont à respecter au sein de la religion même, mais que ceux qui sont en dehors d’elle n’y sont pas assujettis. Surtout : que TOUTES les religions, quand elles s’obstinent à ne s’attacher qu’à la lettre – souvent incertaine*, établie pour une époque et un lieu, sans universalisme garanti – feraient mieux de retrouver et diffuser l’esprit… ce qui leur donnerait l’occasion de constater des ressemblances. Avec leurs dogmatismes, leurs intransigeances, leurs massacres et leurs hypocrisies, malheureusement humaines, TOUTES les religions ont bafoué le sacré.

D’autres refusent toute ressemblance avec le journal, ses obsessions, sa grossièreté assumée, son manque courageux de prudence, mais refusent aussi – nous l’espérons – l’assassinat de l’équipe de Charlie, des policiers, des juifs.  Comme nous souhaiterions qu’ils (mais pas seulement eux) refusent les assassinats commis ailleurs dans le monde et le massacre de la vie sur la planète au nom de notre égoïsme cupide.

N’oublions pas les tenants de la théorie du complot. Ils ont le mérite de ne pas accepter l’information pré-moulue, de relever les invraisemblances, de semer le doute.

Comment tous ces êtres, c’est-à-dire NOUS, peuvent-ils se faire comprendre et se comprendre ? Ici, j’écris librement. Mais suis-je comprise ? J’ai des raisons d’en douter. Que faire ?

Plongée, hier soir, dans la lecture de « Question de » consacré à la méditation, j’en suis venue à penser que, si l’on pratiquait la méditation dans les écoles, les enfants, les jeunes auraient moins d’interrogations et d’indignations anxieuses. Ils ne pourraient être la proie de sectes. Et si les adultes…

Colette Pince

*Les textes sacrés ont, pour la plupart, été rédigés plusieurs années après la délivrance des messages.

« Question de » n° 1, édité par Albin Michel. Diffusion par le réseau des librairies.

 

Publicités

A propos prendreconscience

Objet de l'association : Faciliter, aux hommes et femmes qui le souhaitent, l'approche de conceptions et leçons de vie essentiellement issues des grandes traditions spirituelles, ceci afin de leur permettre un choix véritable dans leur recherche d'harmonie, qu'il s'agisse de leur existence propre ou de leur relation au monde.
Cet article, publié dans Connaissance, Démocratie, Enfants, Hors catégorie, Solidarité, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s