Du bois dont on fait des flûtes

0251345_pe389881_s3

La toujours excellente émission de reportages « Cash »* nous a permis de vérifier – une fois de plus – le gouffre qui sépare le constat des massacres que nous opérons sur notre planète et la « logique » d’avidité, autrement appelée « réalisme financier », qui décide de ces massacres.

Ce serait à mourir de rire si cela n’entraînait notre mort tout court. Une usine roumaine fournit des panneaux de particules à Ikéa. Ces panneaux, théoriquement composés de déchets de scieries, permettent la fabrication de meubles bon marché, qui « ont le look coco », pour nos jeunes branchés. Depuis quelques années déjà, « UFC Que choisir » attire l’attention sur les composants, contenant  des formadéhydes, de ces panneaux, alertant sur les dangers qu’ils représentent pour les enfants et recommandant l’aération des logements. En fait de déchets de scieries, l’usine trouve plus facile et rentable de réduire en miettes les hêtres centenaires des forêts de Roumanie, un des poumons de l’Europe, puis de mélanger ces miettes aux produits chimiques et au ciment.

C’est ainsi que nos urbains, à circulation alternée, suffoquent devant leur commode pas chère, laquelle, à massacre équivalent, aurait pu être en bois massif.

Avec l’appui des émissions télévisées de formatage, qui expédient à la décharge tous les carrelages, tous les sanitaires, des meubles – parfois problématiques – que l’on pourrait mettre en valeur ou transformer, Ikéa et ses amis ont de beaux jours devant eux.

Et nous pouvons continuer à nous demander quels sont les plus dangereux protagonistes de cette tragique comédie. Ikéa ? La fabrique de panneaux ? Les consommateurs béats soumis au « gout du jour » ? Et nous ne parlons même plus des zélus, dont la mission est pourtant de mettre bon ordre à tout cela.

*« Cash investigation » France 2.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

A propos prendreconscience

Objet de l'association : Faciliter, aux hommes et femmes qui le souhaitent, l'approche de conceptions et leçons de vie essentiellement issues des grandes traditions spirituelles, ceci afin de leur permettre un choix véritable dans leur recherche d'harmonie, qu'il s'agisse de leur existence propre ou de leur relation au monde.
Cet article, publié dans Écologie, Économie, Consommation, Finances, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Du bois dont on fait des flûtes

  1. Vervaine dit :

    Je me demande toujours ce qui est pire: que des gens fassent ça sans scrupule, ou que d’autres gens achètent sans s’inquiéter ! 😞

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s