Notre pensée Riquiqui

Je suis reconnaissante à Edgar Morin d’avoir rappelé l’existence de la complexité. Malgré cette intervention de haut niveau, nous persistons à rester dans le cadre limité de notre petit cerveau décrété rationnel, de notre vision et de notre savoir parcellaires. Voilà, à mes yeux, la source de tous nos maux.

Une émission de débats*, très valorisante semble-t-il, réunit chaque jour des experts, dont l’intérêt prioritaire se porte sur les jeux de stratégie de nos zélus. Ce jour-là, le sujet choisi dépasse ce cadre : il est question du CETA. Un expert sort un argument massue : l’agroalimentaire demeure le poste qui équilibre le bilan import-export de notre pays. Il n’y a plus rien à dire. Le fait que nous nous ruinions en produits pétroliers depuis des années sans amorcer l’ombre d’une vraie politique d’économie d’énergie et de développement des énergies renouvelables ne trouble personne. Que cet agroalimentaire soit productiviste à mort d’aliments dont la valeur nutritionnelle ne cesse de diminuer, tandis que leur taux de pesticides et de perturbateurs grimpe en flèche, cette réalité n’est même pas évoquée. Et oublions s’il vous plait la pollution de la terre, de l’air, de l’eau, comme le bilan carbone des transports longues distances !

Les raisonnements simplistes de ce genre sont légion. Pour réduire le déficit de la Sécurité sociale, réduisons le budget des hôpitaux. Diminuer la quantité de produits chimiques que nous déversons sur nos champs et nos villes n’est pas chose envisageable. Pour assurer le versement de retraites, il s’agit, au contraire, de multiplier les salariés cotisants. Quitte à bétonner encore pour loger et faire circuler des êtres à la consommation délirante qui ruine la terre.

Dans notre cerveau, il semble qu’il n’y ait place que pour deux éléments de réflexion. Voire trois, mais pas plus. De ce nombre limité d’informations, nous tirons des conclusions péremptoires. Pour passer à un autre sujet, il nous faut balayer le sujet précédent. Ceci explique les catastrophes à retardement causées par ce que nous appelons nos progrès techniques. leur conception ignore la complexité du monde, aussi quelle surprise de constater, des années plus tard, les dégâts générés !

Colette Pince

Ce blog est un champion de la répétition. En ce moment, le débat « omnipotence des hommes contre délicatesse des femmes » est à son plus haut niveau. Or, nous répétons ici que le problème est plus vaste, qu’il nous faut élargir notre compréhension du cerveau gauche au cerveau droit en adoptant les concepts d’énergie Yin et d’énergie Yang afin d’établir un bon diagnostic et de trouver les remèdes. Alors, en attendant la possibilité d’une impression papier, nous proposons de nous arrêter un peu, ici même, sur les notions de Yin et de Yang dans notre vie. Ceci afin de sortir de notre pensée riquiqui.

*L’illustration ne correspond pas à cette émission.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

A propos prendreconscience

Objet de l'association : Faciliter, aux hommes et femmes qui le souhaitent, l'approche de conceptions et leçons de vie essentiellement issues des grandes traditions spirituelles, ceci afin de leur permettre un choix véritable dans leur recherche d'harmonie, qu'il s'agisse de leur existence propre ou de leur relation au monde.
Cet article a été publié dans Agriculture, Alimentation, Économie, Finances, Santé, Yin Yang. Ajoutez ce permalien à vos favoris.