Les vieux machins qui nous gouvernent !

Dire que beaucoup d’entre nous ont cru sortir des croyances empoussiérées des zélus en votant pour un jeunot ! Si le jeunot a poussé les zélus vers la sortie c’était pour mieux prendre leur place… et l’aveuglement qui « allait avec ». Pour tout ce clan, le but d’une  vie est, après avoir joué des coudes, de gagner de l’argent et un rang social enviable. Tout ce qui concourt à ce but doit être encouragé : le matérialisme, l’individualisme et ce cher capitalisme. Ceux qui tombent sur le côté de la bagarre doivent se relever tout seuls, rejoindre les rangs des adorateurs du fric ou disparaître. Pas question de perdre du temps (qui est de l’argent) avec ces nuls.

Allons-nous plus longtemps supporter ce cynisme qui est, en fait, de la crétinerie en barre

?

Comme nous le rappelons dans notre chronique de rentrée « Le grand barbec »   https://prendreconscienceblog.com/2018/08/07/le-grand-    , le danger majeur qui menace notre humanité est l’état de la planète à la suite des coups de butoir que nous lui infligeons journellement. L’anesthésie générale, plus ou moins consentie, que nous subissons ne saurait durer plus longtemps que nous. A nous de voir si nous faisons l’effort de nous en sortir avant cette fin. Ou si nous méritons ou non notre titre d’êtres humains.

Merci à Nicolas Hulot d’avoir fait ce que nous souhaitions le voir faire : abandonner ces fous à leur folie. A notre tour, claquons la porte à tout ce qui tue dans notre quotidien. Et faisons-le tous ensemble.

Colette Pince

 

 

Enregistrer

Publicités

A propos prendreconscience

Objet de l'association : Faciliter, aux hommes et femmes qui le souhaitent, l'approche de conceptions et leçons de vie essentiellement issues des grandes traditions spirituelles, ceci afin de leur permettre un choix véritable dans leur recherche d'harmonie, qu'il s'agisse de leur existence propre ou de leur relation au monde.
Galerie | Cet article a été publié dans Écologie, Démocratie, Finances, Solidarité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.